18 au 21 octobre 2012 La Diagonale des fous

Romuald a relevé le défi des 170 km 10 845m de dénivelé, et a survécu à cette folie merveilleuse, mais combien éprouvante.

Tout d’ abord, je tiens à remercier tout les personnes qui m’ ont encouragés.

Pour ce qui est de la course, après coup elle fut géniale mais seulement après coup car comme ce n’ est pas une course facile.

Arrivée a la Réunion assez tard, c’ est à dire mercredi matin pour la course jeudi soir, je n’ ai donc pas pu me reposer correctement
mais cela ne me fait pas peur. Donc jeudi 22h départ de la 20eme édition une super fête et la population pour nous faire vibrer.

Un départ sous la pluie ,une bonne petite foulée puis vient la montée du volcan les choses sérieuses commencent surtout pour moi qui n’ avais pas fait d’entrainement spécifique, à peine 20km et je me sens pas très bien : des étoiles dans la tête. Je monte à un rythme qui n’ est pas le mien, je me mets sur le coté et j’ attends que cela passe ainsi que les concurrents bien sur !!

Après quelques minutes, j’ arrive à repartir toujours sous la pluie en haut du volcan. Il ne fait pas très chaud, 3 degrés. Je suis trempé et j’ ai sur moi juste mon coup-vent , plus de tee-shirt, ils sont tous mouillés et un tee-shirt vole. Je tremble de froid et je me dit que se n’ est pas une course pour moi et que je vais abandonner.

Il faut attendre 10h13 de course pour trouver enfin un tee-shirt sec que j’ ai eu d’un partenaire de la course EDF. Je leur ai dis "un tee-shirt ou bien j’ abandonne " .

Le jour c’ est levé et la pluie a cessée, la course peut enfin commencer. Le paysage est magnifique le moral est au beau fixe, et me voila bientôt a Cilaos, 72kms de course. Je me change vêtements et baskets sèche. Je mange, tout va bien et je repars pour la nuit. Je décide de faire une pose d’ une heure mais l’endroit était trop bruyant et pas bénéfique du tout. Je repars donc, et à 4h du matin nouvelle pose d’1h30.

Je repars au petit matin avec un super moral. Je vais bientôt arriver sur Mafate avec les nuages qui se dissipent. La vue est superbe, cela dépayse complètement , mais on m’ avais prévenu : Mafate n’ est pas de la rigolade, et là je craque lamentablement à Roche plate, car il est prévu 3h pour la montée et moi j’ en ai mis 5. Je ne crois plus en moi. Il me faut encore 3h pour monter à Maido encore plus dur que Roche plate. Je me dis que cela est impossible et mon envie d’ abandon et très présente. Sabine me téléphone pour me remonter le moral mais rien n’ y fait, je n’ ai plus envie et je me dis tout ça pour ça ça vaut pas le coup. Je suis nul que vont ils penser de moi tous ce monde qui me suis de la métropole.
Puis vient un texto d’Ayrton " papa tu me dis toujours qu’ il ne faut jamais abandonner une course". Je ne sais pas ou j’ ai trouver le courage, mais je suis reparti et il n’ y avait plus qu ’une chose qui m’interessait : l’ arrivée à plus de 50kms. J’ ai éteints mon portable et j’ avance avec ce seul but finir la course .

Quelques km’s plus loin je fais la connaissance de Vincent qui vient de " Villeneuve d’ascq", et on décide de faire la fin de la course ensemble. Je pense que tous les deux, nous en avions besoin. Le temps a passé plus vite. Nous avons encore dormi 1h sur le parcours puis nous avons pu finir cette course qui porte très bien son nom la DIAGONAL DES FOUS.
A l’ arrivée il m’a fallu quelques minutes pour regarder Vincent et me dire "on la fait ". Maintenant vous pouvez m’appelé LE FOU cela ne me dérangera pas.
Pour finir je me pose une question " dois je conseiller cette course à un ami ou un ennemi ? ". Toujours est il que je suis prêt à refaire cette course oui oui vraiment fou.
Romuald.

18 au 21 octobre 2012 La Diagonale des fous , Alain Reyrolle, le 11 novembre 2012 -

Encore bravo pour ce formidable exploit...
Quel courage !!! J’ai vécu ces longues heures par Internet, mais suis incapable de faire cette épreuve..... de fous.

Article rédigé par : alain-salome - le 10 novembre 2012 - 438 visites